LES CONSERVATEURS CONTROVERSÉS, PARTIE 2 - LES PARABÈNES

par Les Candides juillet 20, 2020

LES CONSERVATEURS CONTROVERSÉS, PARTIE 2 - LES PARABÈNES

Cap aujourd’hui sur un second type de conservateurs qui a fait couler beaucoup d’encre : Les parabènes.

Les parabènes ont commencé à être utilisés dans les années 1920, jusqu’à devenir omniprésents dans les années 2010 : en cosmétique, en alimentaire mais aussi dans les produits pharmaceutiques. Ils étaient présents dans 80% des produits d’hygiène et de beauté en 2011 !

  LES PARABÈNES, C’EST QUOI ?

             Il n’y a pas « un » parabène mais « des » parabènes. Ils forment une famille de molécules, toutes dérivées de l’Acide parahydroxybenzoïque. Ils diffèrent entre eux de par la longueur de leur chaîne alkyl, symbolisée par la lettre R sur l’illustration. Les plus utilisés, classés par ordre croissant de leur longueur de chaine, et dans leur dénomination INCI, sont les suivants : methylparaben, ethylparaben, propylparaben, isopropylparaben, butylparaben, isobutylparaben. Ils peuvent être utilisés seuls ou en mélange pour augmenter leur efficacité.

           Il est aussi possible de les repérer en tant que conservateurs dans l’alimentaire sous les dénominations E214 à E219.

           Les parabènes utilisés en cosmétiques sont d’origine synthétique, mais certains existent dans des plantes ou sont produits par des bactéries. Ils agissent alors comme protection contre les microorganismes. Le plus petit, le méthylparabène, est naturellement présent dans les baies de la plaquebière, une plante vivace typique des pays nordiques. 

POURQUOI LES UTILISER ?

Cette famille de molécule a de nombreux avantages :

  • Ce sont des antibactériens et antifongiques à large spectre : c’est-à-dire qu’ils fonctionnent contre un très grand nombre de contaminants.
  • Ils ont une haute efficacité et un coût de production bas.
  • Ils ont une bonne tolérance, ils ne sont pas irritants.
  • Ils sont inodores, incolores et insipides ce qui les rend idéaux pour tous types de formulations car ils ne les modifient pas.
  • Ils ont une excellente stabilité chimique.

QUELLES POLEMIQUES ?

           C’est dans les années 2000 que des études scientifiques ont commencé à décrier certains parabènes. Parmi ces polémiques on retrouve :

  • En 2004, une étude a montré la présence de parabènes dans des tumeurs, associant alors parabènes et cancer du sein. Cette étude a par la suite été désavouée, faute de précision sur l’étude en question, et aucune expérimentation n’ayant démontré une relation directe.
  • A partir de 2005, d’autres études, vérifiées cette fois, ont démontré que le butylparabène et le propylparabène étaient des perturbateurs endocriniens, ingérés à forte dose chez des rats. Une corrélation entre la longueur de chaine des parabènes et leurs risques a aussi été trouvée. Des études plus approfondies seraient cependant nécessaires pour déterminer le réel effet des parabènes sur le système endocrinien humain, dans les doses d’utilisation réelles. Mais, dans tous les cas, un risque n’est pas exclu pour les parabènes à longue chaine, ce qui a mené à une modification du règlement cosmétique à leur égard. 

           Ces polémiques ont donné naissance au mouvement « sans parabène ». Ce marquage a été fortement utilisé pour rassurer les consommateurs. Cependant, son utilisation est désormais interdite car il renforce l’amalgame entre les différents parabènes. En effet, aucun effet nocif n’a été prouvé pour les parabènes à chaine courte (méthylparabène et éthylparabène). Ces derniers sont par exemple bien moins à critiquer que les méthylisothiazolinone et méthylchloroisothiazolinones (cf. article) qui ont ensuite été utilisées pour les remplacer.

De plus, ce marquage indiquait qu’un parabène n’avait pas été ajouté dans la formule mais ne garantissait pas que le produit n’en contenait pas du tout. En effet, si une des matières premières est conservée par un parabène, ce dernier n’apparait pas sur la liste finale des ingrédients. 

LA REGLEMENTATION

           A l’origine, dans le Règlement Européen (CE) n° 1223/2009, l’utilisation maximale en parabène dans les produits cosmétiques se situait à 0,4% pour un seul ester, et à 0,8% pour un mélange.

           Depuis 2014, l’utilisation de l’isopropylparabène, l'isobutylparabène, le phénylparabène, le benzylparabène et le pentylparabène est interdite, faute de preuves de leur inocuité. L’utilisation du butylparabène et du propylparabène est aussi interdite pour les produits destinés à être appliqués sur la zone du siège des enfants de moins de 3 ans. Pour les autres produits, leur utilisation a été réduite à 0,14% individuellement.

QUEL EST LE PROBLEME A L’HEURE ACTUELLE ?

           Aux doses autorisées, l’absorption d’un parabène (surtout à chaine courte) n’est pas risquée en soi pour la santé. Le problème vient plutôt des effets cocktail. En effet, il y a 5-6 ans, les parabènes étaient présents partout, il était donc difficile de les éviter et la quantité à laquelle les consommateurs étaient exposés quotidiennement était considérable.

           On trouve maintenant beaucoup plus de produits conservés par d’autres moyens, notamment les produits bio dans lesquels cette famille de molécules n’est pas autorisée. Il est donc important de vérifier la composition de ses différents produits. Il est recommandé d’éviter les parabènes à chaîne longue (propylparabène et butylparabène). Et pour ceux à chaîne courte (méthylparabène, éthylparabène), un produit en contenant est tolérable mais il est plus prudent d’éviter d’en utiliser plusieurs pour éviter l’effet cocktail

Vous n’en retrouverez bien sûr pas dans nos produits ! 🐑

Sources :

Les parabènes. Cosmeticobs. [Consulté le 6/07]

https://cosmeticobs.com/fr/articles/lingredient-du-mois-10/les-parabenes-134

  1. Corre, J. Dalvai, M. Dampfhoffer, M. Lamberlin, R. Terrasson. Les parabènes : quelle problématique pour la Santé Publique ? Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP). 2009. 46p. 
  1. Nowak, W. Rataiczak-Wrona, M. Górka, E. Jabłońska. Parabens and their effects on the endocrine system.

Molecular and Cellular Endocrinology. 474 (2018) 238-251

M.G. Soni, S.L. Taylor, N.A. Greenberg, G.A. Burdock. Evaluation of the health aspects of methyl paraben: a review of the published literature.

Food and Chemical Toxicology. 40 (2002) 1335-1373 

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Un nouveau modèle d'économie circulaire avec Lunel Vintage
Un nouveau modèle d'économie circulaire avec Lunel Vintage

par Les Candides juillet 17, 2020

De nombreux entrepreneurs réfléchissent à des alternatives circulaires à une économie linéaire. Nous invitons les fondatrices de Lunel Vintage, un nouveau concept de lunettes dites "upcyclées", à nous parler de leur entreprise ! 

Voir l'article entier
Les conservateurs controversés, partie 1 - la Méthylisothiazolinone
Les conservateurs controversés, partie 1 - la Méthylisothiazolinone

par Les Candides juin 04, 2020

S’il y a bien un type d’ingrédient avec lequel il est facile de se perdre au milieu de tous ces noms chimiques ce sont les conservateurs ! Il ne faut pas non plus les diaboliser, mais certains méritent plus de méfiance que d’autres...
Voir l'article entier
La Reine des Prés, un ingrédient millénaire aux vertus raffermissantes pour une peau éclatante !
La Reine des Prés, un ingrédient millénaire aux vertus raffermissantes pour une peau éclatante !

par Les Candides mai 27, 2020

La reine des prés est une plante de nos régions françaises, utilisée pour ses propriétés médicinales et cosmétiques depuis le Moyen-Âge.

Voir l'article entier